Focus sur l’alternance : comprendre le dispositif

Comprendre le dispositif

Le contrat d’apprentissage : 

Il s’agit d’un Contrat à Durée Déterminée signé par un jeune de 16 à 29 ans révolus. Sa durée, de deux ans en principe peut être comprise entre 1 et 3 ans selon la professionnelle suivie. Tout au long de la formation professionnelle, l’apprenti a le statut salarié au sein de votre entreprise et à ce titre bénéficie d’avantages particuliers : Rémunération, congés payés, sécurité sociale, carte étudiante en apprentissage…

Le contrat de professionnalisation :

Il s’agit d’un Contrat à Durée déterminée signé par un jeune de 16 à 26 ans ou, par un demandeur d’emploi de plus de 26 ans. Sa durée, de 6 mois à 1 an voire deux ans dans certains cas dépend de la qualification à obtenir.

Une relation tripartie :

L’alternance associe 3 à 4 interlocuteurs différents : le jeune, le maître d’apprentissage ou tuteur et le représentant de l’organisme de formation et le facilitateur de l’alternance.

 

L’alternant :

  • – Effectue le travail confié par le maître d’apprentissage/tuteur
  • – Respecte la durée du contrat, le règlement intérieur de l’entreprise et de l’organisme de formation
  • – Éxécute les travaux inscrits au programme de formation
  • – Suivre avec assiduité les cours de l’organisme de formation
  • – Se présenter aux examens

 

Pour le maître d’apprentissage ou tuteur : 

– Etre désigné par son entreprise
– Faciliter l’insertion du jeune dans l’entreprise
– Assurer la formation pratique en lien avec la formation suivie
– Accueillir et intégrer le jeune
– Organiser et planifier le parcours d’acquisition de compétences
– Transmettre les connaissances, les savoir-faire et la culture de l’entreprise
– Suivre et évaluer la progression professionnelle du jeune
– Evaluer le jeune selon les modalités prévues par le diplôme visé
– Utiliser les outils de liaison (carnet de liaison, fiches navettes….)
– Veiller à l’assiduité du jeune en organisme de formation et le rendre disponible
aux dates fixées
– Accompagner le jeune dans son projet et favoriser son insertion
professionnelle
– Entretenir des relations avec le centre de formation (réunions, visites…)

NB : Des formations peuvent être dispensées par les CCI bretonnes pour les maîtres d’apprentissage afin de les accompagner dans la transmission des savoirs faire et dans la relation avec le jeune.

L’organisme de formation :

– Etablir le plan de formation du jeune en lien avec l’entreprise formatrice et organiser l’alternance
– Proposer au jeune un parcours sur-mesure (individualisé, adapté…)
– Dispenser une formation conjointement avec le maître d’apprentissage ou tuteur
– Organiser les rencontres avec les maîtres d’apprentissage ou tuteurs
– Effectuer les visites en entreprise
– Mettre en place des outils de liaison entre l’organisme de formation et le maître d’apprentissage ou tuteur
– Informer les différents interlocuteurs sur l’assiduité du jeune
– Mettre en oeuvre des évaluations relatives au diplôme préparé
– Rendre compte au maître d’apprentissage ou tuteur des résultats du jeune tout au long de l’année
– Apporter au jeune une ouverture sur le monde : culturelle, mobilité européenne…

 

Les conditions pour être maître d’apprentissage ou tuteur

 

Etre Maître d’apprentissage

 

Le maître d’apprentissage peut être le chef d’entreprise ou un salarié de l’entreprise. Il doit posséder la compétence professionnelle requise pour assurer la formation du jeune dont il a la responsabilité. A savoir soit :

  • – Posséder un diplôme ou un titre relevant du domaine professionnel correspondant à la finalité du diplôme ou du titre préparé par l’apprenti et justifier d’une année d’exercice d’une activité professionnelle en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre préparé.
  • – Posséder deux années d’exercice d’une activité professionnelle en relation avec la qualification visée par le diplôme ou le titre préparé. Les stages et les périodes de formation effectués en milieu professionnel, dans le cadre d’une formation initiale, y compris sous contrat d’apprentissage, ou d’une formation continue qualifiante, ne sont pas pris en compte dans le décompte de cette durée d’expérience.

 

Le nombre d’apprentis suivi par un maître d’apprentissage est limité à deux apprentis et un « redoublant ».

Il est également possible que l’employeur constitue une équipe « tutorale » au sein de laquelle un maître d’apprentissage référent pourra être désigné.

 

Etre tuteur d’un contrat de professionnalisation

 

L’employeur désigne un salarié de l’entreprise ou assure lui-même le tutorat. Le tuteur choisi doit :

  • – être volontaire ;
  • – justifier d’une expérience professionnelle de deux ans minimum dans la qualification en rapport avec l’objectif de professionnalisation visé.

 

Lorsqu’il est salarié, le tuteur ne peut exercer simultanément ses fonctions à l’égard de plus de trois salariés.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le portail de l’alternance

 

Back to top